Vous qui venez régulièrement en Egypte, vous avez tous été séduits par le “Sourire éclatant des Enfants de Louxor” mais aussi par leurs yeux rieurs et brillants.

Nous vous proposons , si vous le souhaitez, de parrainer la scolarité d’un enfant, de lui fournir ce qui lui est nécessaire pour avoir une scolarité normale, sans que les questions d’argent ne viennent l’empêcher d’aller à l’école. Il s’agit donc de financer les fournitures, les frais de scolarité,  les éventuels frais de transports, l’uniforme, la tenue correcte exigée par l’école. Tous ces frais en Egypte  sont assez modiques mais trop élevés pour bon nombre de familles.

Nous ne voulons ici aucunement nous substituer à elles ni interférer dans leur vie. Simplement donner un coup de pouce (dans la durée si c’est possible) à un enfant (et donc à une famille). 

Nous vous demandons de bien vouloir nous contacter si vous êtes intéressé par ce genre de parrainage. Vous pourrez aisément comprendre que cette action ne peut être menée de façon inconsidérée.

Trop souvent nous avons rencontré des familles qui faisaient face à des difficultés pour financer la scolarité de leurs enfants : alors certains doivent quitter l’école pour gagner un peu d’argent . D’autres, plus jeunes, n’entrent pas en maternelle car les parents privilégient les aînés.

Il est possible pour une somme relativement modique d’envisager le “parrainage scolaire” d’un enfant.

Pour ceux d’entre vous qui ont la chance de se rendre régulièrement à Louxor, il est possible d’ établir  une relation privilégiée avec l’enfant et sa famille. Et nous avons ainsi vu de très belles affections naître et se développer entre des enfants et leurs familles françaises.

Bien évidemment la langue est un obstacle  mais bien petit, et de vrais liens d’affection peuvent naître sans passer par des mots !

Nous avons maintenant  grâce  à vous les parrains et marraines  la possibilité d’aider ainsi plus de 50 enfants.

Merci à vous tous de vous investir ainsi pour des enfants qui ont entre 4 et 16 ans et sont tous  plus attachants les uns que les autres.

(Vous comprendrez que nous ne diffusions pas de photos. Nous n’avons pas à  montrer que tel ou tel enfant vit dans une famille qui a besoin d’être aidée.)