La scolarisation des enfants et l’éducation des femmes sont la meilleure voie pour faire changer les mentalités et certains mauvaises habitudes.

Notre objectif était de promouvoir l’alphabétisation des femmes et par là-même, d’être en mesure d’aider leurs enfants. Une classe d’alphabétisation pour des villageoises qui ne sont jamais allées à l’école s’est mise en place : 20 jeunes filles et femmes de tous âges, chrétiennes et musulmanes, dans le village d’Ezbet Basili.

Bien émouvant de les voir tenir une craie et  tracer des lettres sur le tableau de bois ! Certaines étaient si maladroites ! Mais quelle belle envie d’y arriver !

P1000222 (Copier)

Pendant 6 mois, 5 jours par semaine, à raison de 2 heures chaque jour, elles ont  petit à petit appris à déchiffrer, lire, écrire et compter.

Les leçons de lecture et d’écriture portent sur des thèmes de société: l’âge du mariage des jeunes filles, l’espacement des naissances, l’éducation, la nécessité d’avoir recours au médecin…

P1200423 ingrid (Copier)

                 les enfants accompagnent souvent leurs mères.

P1090877 ingrid (Copier)

P1210791 Ingrid (Copier)

Après 6 mois, additions, soustractions n’ont (presque)  plus de secret pour bon nombre d’entre elles et elles sont capables de déchiffrer un texte et remplir ou signer des papiers.
Chaque mois chaque participantes reçoit un sac de produits alimentaires de base et d’hygiène, et suivant la liste des enfants de chaque famille, des vêtements.

Le succès de l’action a été tel que nous avons aussitôt organisé d’autres sessions !

P1290670 ingrid (Copier)

Un test a lieu à la fin de chaque session et les résultats sont édifiants : entre 80 et 100% de réussite.

P1210686 Ingrid (Copier)

                                                                       C’est le jour de l’examen                                                           Les examinateurs corrigent les copies

Souvent, au fil de nos visites, des liens cordiaux se créent avec toutes ces femmes !

La plus âgée des élèves était Naema , malgré ses 89 printemps, avait absolument voulu apprendre à lire, à écrire et à compter ! Elle nous a quitté depuis…

P1270965 ingrid (Copier)

                          C’est bien la première fois de sa vie que Naëma tient un stylo dans ses mains!

P1280022 ingrid (Copier)

               Elle n’a pas manqué une leçon ! Elle avait à nouveau une vie sociale et voulait apprendre.

Nous nous étions toujours dit que nous voulions, après une ou 2 années, faire avec les classes d’alphabétisation, une «piqûre de rappel» de quelques semaines afin que les femmes ne perdent pas leurs acquis en étant sous-stimulées.
Ces nouvelles sessions de rappel ont eu lieu depuis avril 2013 dans les villages de la rive ouest : village d’el-Kôm, Esbet Basili, El Kom, Esba, Rozga, Tôd, El Jorf, et plusieurs fois !

P1080660 (2) el kôm 2 bis rappel (Copier)

                 Nous profitons de ces nouveaux cours pour faire intervenir un médecin égyptien. Son rôle ? Leur donner quelques conseils de santé, d’hygiène, leur parler alimentation et notamment celle des enfants.
P1000778 (Copier)

IMG_0088 (Copier)

Certains enfants profitent également des cours: ils accompagnent leurs mères et sont très attentifs à ce que dit l’institutrice. C’est aussi pour nous un moment favorable pour détecter d’éventuels problèmes chez les enfants. Des cas de malnutrition, de teigne, d’avitaminose…

P1010205 Mayyada (Copier)

    Mayyada avait besoin de lait médicalisé mais ses parents ne pouvaient l’acheter.

P1000936 (Copier)

                                         Les cernes des enfants sont bien visibles

P1030276 (Copier)

 Fin mars  2015 ( la Fête des Mères en Egypte vient avec le printemps), les femmes de la classe ont tenu à  partager  avec nous tous les  délicieux gâteaux faits à la maison…

Certaines femmes  ont demandé à  apprendre  à travailler sur des machines à coudre. Dés la fin 2014, 8 femmes  ont pris des leçons   (voir la rubrique un pas pour l’emploi ) .

Les familles  qui vivaient à Gournet Maraï ont été déplacées  de la montagne thébaine vers le village de New-Gourna. Ces femmes se retrouvant ainsi éloignées de leurs maisons familiales traditionnelles sont maintenant logées dans des maisons certes plus modernes mais qui n’offrent pas que des aspects positifs !

Un local avait pu être trouvé dans le village de New Gourna et elles s’étaient empressées de s’inscrire aux cours !

Actuellement les cours se sont arrêtés, la situation sanitaire ne permet plus de réunir ces femmes dans des conditions de sécurité et nous devons suivre les instructions du gouvernement. Espérons que nous pourrons rapidement reprendre ces cours dans les villages !

Laisser un commentaire