L’espoir est dans les cœurs… mais la vie est difficile

Cinq semaines sur la rive ouest n’ont pas réellement suffi  à mener à bien  tout ce que nous avions envisagé de faire….
Le charme du Nil ne  cesse d’agir. Et que dire de la fascinante Qurna …

Avec la Révolution du 25 janvier, l’espoir est entré dans les cœurs égyptiens.
Un referendum a été organisé pour amender la Constitution:  Voter Oui? Non? l’essentiel était surtout de voter de façon libre, enfin…
Si les drapeaux fleurissent sur les maisons, les portes, les piliers des écoles, les taxis, ils fleurissent aussi dans les cœurs !
Les Egyptiens ont bien des raisons d’être fiers mais il faut bien reconnaître que  pour certains l’idée de ” démocratie” , trop nouvelle, aurait tendance à rimer avec liberté de tout faire… La police se montrant très discrète, un certain  laxisme sévit.
Ceux qui ont de l’argent en  profitent pour construire des maisons sans avoir de permis de construire et  des maisons poussent partout.
A côté de cela, comme nous le craignions, le manque de touristes provoque des tensions chez ceux dont la survie dépend  des visiteurs étrangers.
Quand les touristes reviendront-ils ? L’été sera cruel  cette année. Espérons que caléchiers, motor-boats et taxis retrouveront le  touristes dès cet automne!

Pour ce qui est des actions menées par  l’association , rien n’a changé .
L’alphabétisation  des femmes a suivi son cours à el Kôm et la session  de 6 mois va se terminer fin avril.
Il sera difficile de quitter ces femmes et ces enfants que nous avons côtoyés pendant 6 mois et auxquels nous nous sommes attachés, il faut bien le dire.
A partir de mai l’alphabétisation concernera des femmes du village de Qatar, un autre village pauvre proche d’el Kôm.
Mais nous n’oublierons pas  la petite Mayada.et les autres enfants.
Nous n’oublierons pas non plus la jeune institutrice de notre première classe d’alphabétisation à Ezbet Basili ,tuée en mars dans un malheureux accident de voiture.

Dans l’école maternelle, une classe va être créée pour les enfants de 3 ans et nous  leur fournirons des jeux d’encastrement, de manipulation, de motricité, qui leur permettront de s’éveiller plus rapidement.

Nous avons  comme d’habitude distribué des sacs de nourriture, des produits d’hygiène et du lait médicalisé.

Nous avons retrouvé la famille Tayyeb que nous avions pu reloger dans l’urgence  quand leur maison s’est effondrée en décembre. Mais le tout petit appartement n’était  vraiment pas adapté  pour les 7 enfants et leurs parents : pas de lits, pas de ventilateurs, pas de réfrigérateur. Et un logement qui va connaître des températures très élevées dès avril.
Alors nous avons décidé de lancer un appel à la solidarité pour  reconstruire les murs et le toit écroulés, et leur permettre de réintégrer leur ancienne maison, bâtie en briques de boue mais plus vaste et plus fraîche. Dans leur village, auprès de leur famille.
Nous espérons que, cette fois encore, vous pourrez vous montrer  généreux. Des dons commencent à nous arriver et nous remercions ici ceux qui ont réagi aussi vite.
Vous pourrez très bientôt voir les murs monter.

Louxor vous attend… Quant à nous, le prochain séjour est prévu en juillet.