Août 2011

Le mois d’août est décidément bien frais et perturbé en France depuis notre retour.
Ce n’était pas le cas en juillet à Louxor ! Les derniers jours ont été  tout particulièrement chauds et il faudra beaucoup de volonté, de courage  pour faire le Ramadan.
Ne pas manger, soit… mais ne pas boire ! Les journées sont si longues à cette période!

Nous voulions voir nous-mêmes quelle ambiance régnait à Louxor.
Arpenter seul le souk est une sensation assez bizarre, avouons-le. Cela rappelle le triste épisode de l’attentat au Temple d’Hatchepsout.
Les touristes ont déserté la Haute-Egypte ce qui a des conséquences catastrophiques sur la vie économique des habitants.
Trop souvent les parents se demandent de quoi sera fait le repas familial suivant. On vend son frigo, sa machine à laver…
Aucune rentrée financière pour de nombreuses professions qui tirent leurs revenus du tourisme : chauffeurs de taxi, caléchiers, vendeurs de souvenirs… Et c’est un engrenage pour les autres, car les échoppes perdent de ce fait leurs clients habituels. Vivre à crédit ne pourra avoir qu’un temps !!!
Le Nil coule, serein, imperturbable. Les bateaux de croisière sont à l’arrêt, les conducteurs des motor-boats sont au repos.

Le moral des habitants baisse rapidement  et bien des questionnements surviennent. Ils attendaient tant de cette liberté nouvelle, ils étaient tellement fiers.
Elle  coûte excessivement cher la liberté !

Alors il faut regarder vers un avenir que nous espérons plus  souriant.
Les touristes finiront bien par revenir. (Qu’ils ne tardent cependant pas trop!)
Nos actions d’alphabétisation  et d’aide aux écoles continuent quant à elles tout à fait normalement et rencontrent un vif succès .
En octobre les ateliers éducatifs pour les jeunes filles vont  démarrer et nous croyons beaucoup en leur intérêt.

Nous parions sur l’éducation des jeunes et sur l’évolution des femmes. Aidez-nous à tenir ce pari !