Un pas vers l’emploi

You are here: Home - Notre action - L’éducation - Un pas vers l’emploi

Un pas vers l’emploi

La situation économique  est depuis des années bien difficile en Haute-Egypte, et ce, tout particulièrement pour les femmes et les filles. Le travail se fait rare, surtout depuis que les touristes ont déserté les rives du Nil.

Pas facile de trouver du travail quand on n’a pas eu la chance d’aller longtemps à l’école, d’avoir acquis quelques compétences. Et puis c’est, le plus souvent, difficile pour les femmes d’aller travailler « à l’extérieur »… Alors quelles sont, pour elles,  les possibilités,  en restant à la maison, de travailler et de pouvoir gagner un peu d’argent?

Coudre à la machine permet de faire des vêtements pour la famille, de réparer ceux qui sont abîmés et, si l’on travaille correctement, de travailler pour des voisines:  l’opportunité d’obtenir  une petite rémunération bien utile.

Mais pour cela encore faut-il  savoir coudre de façon  correcte!

Connaissant les difficultés dans lesquelles se démènent les familles, un de nos objectifs est de développer l’employabilité des femmes qui sont, dans 37% des cas en Haute-Egypte, les chefs de famille. Sans emploi elles vivent dans une situation plus que précaire ou se retrouvent totalement dépendantes de membres de leurs familles, avec tous les effets pervers générés par ce genre de situation.

Ce fut d’abord un groupe des jeunes filles  de notre classe qui  a pu avoir accès à des cours de couture. Celles qui avaient l’envie de faire un peu d’artisanat.

Nous avons acheté quelques machines afin qu’elles puissent s’entraîner. Nous avons rencontré quelques difficultés pour trouver un professeur compétent et pédagogue. Nous l’avons finalement trouvé dans une boutique du souk que nous fréquentions de temps à autre. Il nous a proposé ses services et il avait aussi l’avantage de parler anglais, ce qui facilitait les échanges.

Nous avions le projet de remettre  une machine à coudre à celles qui seraient capables de les utiliser réellement à la fin de la formation. Mais  une question se posait : si la machine tombait en panne, s’il y avait des réglages à effectuer, qui s’en chargerait ?

Nous avons alors trouvé un spécialiste  qui a accepté de former les 4 jeunes filles à la réparation des machines. une compétence utile pour leur usage personnel mais peut-être également une compétence monnayable dans les villages.

P1020551

Coudre, surfiler, elles ont tout appris. Même à utiliser une machine à broder !

P1020216

Nachat leur a aussi appris  à prendre des mesures,  à couper le tissu, à choisir et poser les passementeries et elles se sont créé de jolies gallabiahs.

Mais elles ont  aussi appris  à régler et réparer leur petite machine Singer.

Fin 2014 chacune des 4 jeunes filles a  reçu une machine. Et nous savons qu’elles s’en servent maintenant couramment.

Certaines femmes  ont  à leur tour demandé à bénéficier de cours pour apprendre à coudre à la machine. Fin 2014, 8 femmes  ont  appris apprennent comment utiliser les machines, comment prendre des mesures, couper mais surtout comment faire la maintenance des machines à coudre.

Une formation a commencé en décembre et fin avril, six d’entre qui ont acquis suffisamment  de compétences ont reçu une machine à coudre qu’elles pourront utiliser chez elles. De quoi s’occuper et surtout améliorer leurs maigres revenus.

P1030869 (Copier)Le  jour de la remise des machines aux 6 femmes

Si nous en avons les moyens, nous espérons pouvoir organiser à nouveau une formation fin 2015.

Back to top