Création d’une école maternelle

You are here: Home - Notre action - L’éducation - Création d’une école maternelle

Création d’une école maternelle :

Tous les enfants ne vont pas en maternelle, loin s’en faut. Il n’y a pas d’écoles maternelles  ou primaires dans tous les villages. Nous pensons que le fait de fréquenter la maternelle ne peut qu’être bénéfique pour l’entrée en primaire. Les enfants sortent ainsi du giron maternel  et ils peuvent être davantage stimulés ce qui est bon pour les divers apprentissages ultérieurs.

Nous avons décidé de créer une maternelle à Ezbet Basili. Ce projet nous tenait particulièrement à coeur car les mauvais résultats scolaires des enfants  étaient peut-être dus  en partie au manque d’école  dans le village. Cela n’est pas simple d’envoyer un très jeune enfant dans une école distante de quelques kilomètres quand il faut y aller à pied et qu’on a 3,4 ou 5ans !

Nous avons déposé des dossiers pour le financement de ce projet imprtant mais nous avons aussi compté sur votre soutien.

Mais ce n’est pas si simple de créer une école, et il y a des règles à respecter ce qui est bien normal. Ces règles ne sont pas toujours très respectées en Egypte et pour pouvoir ouvrir une école, elles sont parfois contournées. Mais nous nous devions, quant à nous,  de faire le maximum pour être dans les normes requises. Nous avons donc dû revoir  de nombreux points :  comme le type de local et ses normes techniques, le recrutement des enseignantes … Et il nous a bien sûr fallu revoir le budget prévisionnel à la hausse…

Pour obtenir  plus facilement  la licence  nécessaire pour l’ouverture, nous avons signé une convention avec une association égyptienne partenaire, ce qui n’a pas été la chose la plus aisée qui soit!

P1040645 (Copier)

Nous avons choisi une jolie maison, avec une cour intérieure très fleurie et le nom de l’école est venu spontanément : « Le jardin » (« el genina »). Nous voulions que les enfants vivent l’école dans un lieu agréable, lumineux, clair et surtout très propre.

1098184_10154472063990031_8456606593869328867_n (Copier)

P1040690 (Copier)

2 classes et une grande pièce commune dédiée aux activités en grand groupe ou acticités créatives. Plus une cuisine et une petite infirmerie…

P1040687 (Copier)

Il a fallu  faire fabriquer (dans le  village lui-même) les tables et les chaises pour les enfants. Le mobilier a été peint dans des couleurs pimpantes.  Le TShirt choisi pour uniforme a eu lui aussi la couleur du jardin : vert laitue avec le nom de l’école brodé.

Nous vons aussi acheté une balançoire et un toboggan (incontournables!). Et puis beaucoup de jeux de construction, d’adresse et de jouets.

Pendant ce temps nous avons recruté les enseignantes et une « dada » (ce que l’on pourrait traduire chez nous par la « dame de service »). Il y a eu une journée « portes ouvertes » où nous avons dû accueillir beaucoup plus d’enfants que prévu ! Jeux, biscuits, jus de fruits… et bonne ambiance.

Les cours de classe maternelle n’ayant lieu que le matin, l’après-midi est réservée aux cours de soutien scolaire pour des plus grands. Ainsi le local est mieux rentabilisé.

Pour la « rentrée » en maternelle il y a bien eu quelques pleurs de la part de certains et une maman s’est  acharnée à venir avc son fils pendant 1 mois et demi, ce à quoi nous avons mis le hola à notre retour…

Mais pour la plupart découvrir les jeux, les jouets, mais aussi l’alphabet… fut un réel plaisir et dès le premier matin certains ont refusé de repartir avec leurs parents, leur enjoignant de revenir plus tard. Cette fois, il s’agissait de pleurs pour ne pas quitter l’école!

DSC01517 (Copier)

P1040745 (Copier)

P1040685 (Copier)

P1050346 (Copier)

P1040751 (Copier)

P1040816 (Copier)

Nous avions fixé le nombre d’élèves à 20 mais nous avons finalement dû accepter 27 inscriptions. Filles et garçons de 3 à 5ans, coptes et musulmans, « riches » et pauvres, vivant tous ensemble une nouvelle aventure. Ils ont été répartis entre les classes « Faroula » (= Fraise) et Titi.

Les enfants au fil de l’année ont à appendre une partie des  deux alphabets (arabe et latin) et des deux systèmes de chiffres également. Pas si facile…

En mars est arrivé un petit garçon dont on nous avait dit qu’il était muet (et sourd? et  peut-être autiste?). Il avait été mis en « milieu protégé » mais quelqu’un avait pris l’excellente initiative de demander son inscription en « milieu ordinaire ». Dès qu’on lui parlait, qu’on voulait l’intégrer dans une activité, il criait, pleurait. Sa maman est restée 2 jours et nous lui avons demandé de cesser de le faire. En classe, au début, l’enseignante ne s’occupait guère de ce jeune garçon pour l’apprentisage de l’alphabet car on disait qu’il n’entendait pas, qu’il ne comprenait pas. Les enseignantes  sont bien démunies devant ce genre de cas et elles ont beaucoup à apprendre.

Ali est resté, non pas totalement à l’écart mais à distance… Il regardait les autres jouer, planté à quelques mètres ou derrière une porte vitrée. C’était le cas lorsqu’un jour le doceur Hatem est venu montrer aux enfants pourquoi et comment il faut se laver les dents. Cette porte vitrée le « protégeait » mais il a reçu comme les autres une brosse à dents et un tube de dentifrice. Et quand sa maman est venue le chercher, il n’était pas peu fier de les sortir de son cartable pour les lui montrer!

P1050029 (Copier)

P1050608 (Copier)

Faraoula a joué avec lui tout seul, pour l’apprivoiser et peu à peu nous avons vu  un enfant éclore, sourire, parler, venir nous parler ! Quelle belle récompense ! Cet épanouissement nous a fait oublier toutes nos galères, tous nos soucis…

Marie-Christine Gerber, grâce au soutien de l’association « La Goutte d’eau »,  a financé la distribution, une fois par semaine, de fruits ou de laitages aux enfants de la classe.   Nous les en remercions vivement car la plupart des enfants n’en mangent pas de façon régulière et souffrent de carences alimentaires. A cette occasion nous avons pu remarquer que les institutrices avaient bien inculqué certaines règles de savoir-vivre aux enfants, et que, sans qu’il soit besoin de les rappeler, les enfants mettaient spontanément les  restes de la collation dans la grande poubelle. Bravo! Comme quoi ce n’est pas si difficile, n’est-ce pas!

P1050113 (Copier)

P1050116 (Copier)

P1050119 (Copier)

A l’occasion de la fête des Mères (21 mars en Egypte), les mamans sont venues  à l’ école. Plus tôt dans la matinée, les enfants  du soutien scolaire avaient apporté de la musique et nous avons vu tous ces petits bouts de chou danser comme des fous ! L’un d’entre eux nous a particulièrement surpris : habituellement sérieux voire taciturne (surtout en présence de sa maman, veuve depuis quelques années) il s’est révélé être un petit garçon plein d’énergie et un danseur endiablé !

Nous avons voulu faire une sortie avec les enfants, mais éviter le « parc d’attractions » local, quelconque et un peu dangereux à nos yeux. Trouver une sortie quelque peu « éducative » tout en restant ludique? Nous avons choisi une sortie en bateau. Certains des enfants n’étaient  jamais allés sur le Nil et surtout pas en motor-boat! Nous avons demandé aux institutrices de préparer la sortie et notamment de leur parler des poissons, des oiseaux… A leur retour elles leur demanderaient de dessiner, de raconter leur « voyage » en bateau.

P1050193 (Copier)

Ali était passionné par tous les bateaux rencontrés sur le Nil, d’autres regardaient les oiseaux postés au bord de l’eau, prêts à plonger pour saisir un poisson.  Il y a eu ensuite la visite du petit « zoo » de l’île aux bananes, avec le crocodile qui les a fortement impressionnés de même que les serpents.

P1050175 (Copier)

P1050167 (Copier)

Puis la dégustation des bananes et le plaisir  de boire du Coca et  du Sprite! Pas de fête pour les enfants sans cette  sorte de boisson! Ils ont joué au ballon, à la balle avec des raquettes, ont couru, sauté! Mais les institutrices se sont amusées tout autant!

P1050209 (Copier)

Le retour s’est fait dans la joie et la bonne humeur. Et tous les enfants ont dansé, avec une énergie démesurée ! Un vrai plaisir de les voir , une après-midi mémorable que nous ne sous sommes pas privés de garder en photos et en videos.

P1050158 (Copier)

P1050165 (Copier)

En avril il a été nécessaire d’acheter des ventilateurs pour 2 classes car la chaleur était vraiment trop forte et une grande toile a été installée dans la cour pour donner de l’ombre quand le soleil est au Zénith.

P1050568 (Copier)

P1050524 (Copier)

Des formations sont à envisager pour les enseignantes, notamment pour les activités manuelles et pychomotrices.  Mais aussi une formation de base et sur la façon dont il convient de gérer des enfants difficiles.

P1050349 (Copier)

 

 

Back to top