Juillet 2015

Il a fait chaud, si chaud ! Dès que le soleil montait dans le ciel, une seule solution : se réfugier à l’intérieur et pourtant là encore il  faisait vite trop chaud.

Nous sommes arrivées  à Louxor un peu avant la fin du Ramadan. Ce n’était pas vraiment la bonne période car il est difficile de travailler à cette période où l’Egypte est une Belle endormie.

Bref, des circonstances un peu difficiles pour  nous qui  avions beaucoup à faire avant de repartir.

Nous avons trié, lavé, recousu, classé des vêtements pour les enfants  de toutes les familles que nous suivons et pour les 26 familles  de la nouvelle classe d’alphabétisation.

Les enfants, à cette période, sont en vacances. Enfin, pas tous ! Ceux qui ont bénéficié de cours de soutien scolaire  depuis le début de l’année n’ont pas voulu arrêter leurs activités malgré la température… Ils n’ont pas laissé de répit à H qui les a accueillis 4 fois par semaine quand,  au coucher du soleil, la fournaise se fait moins ardente. Elle a organisé des activités plus ludiques de dessin, de peinture, de lecture, un peu comme dans un centre aéré.

Ah ils ne se sont pas ennuyés les enfants ! Petits et grands mêlés, filles et garçons, chrétiens et musulmans mélangés.

Ils se sont exprimés librement : avec la voix, avec les feutres ! Ils sont si concentrés, si captivés dès que des adultes s’occupent d’eux et leur consacrent du temps.

Les voisins sont contents : ils se réjouissent de voir une école où l’on s’amuse autant.

Gageons que les cours de soutien n’en seront que plus enrichissants à la rentrée.

Ouverture d’une  école maternelle

Nous avons le projet d’ouvrir à l’automne une école maternelle, afin de permettre aux enfants d’apprendre dès avant l’entrée en primaire. Mais trouver un lieu adéquat n’est pas chose aisée…

Nous ne voulons pourtant pas nous précipiter car nous voulons travailler sur du long terme et réellement apporter quelque chose de nouveau, de profitable pour les enfants.

Micro-élevage familial :

Nous sommes allées dans toutes les familles afin de vérifier à nouveau les conditions de vie des animaux et pour procéder aux vaccinations.

Nous avons pris la décision, pour  accélérer le processus des naissances, de faire vivre ensemble sur une période suffisamment longue quelques brebis et les béliers. Quand celles-ci attendront un petit, elles seront remplacées par d’autres.

Pour continuer nos actions, nous avons besoin de votre aide. Nous n’aimons guère le  rappeler  mais cette année risque d’être un peu difficile…

D’avance, un grand merci à vous !